Un vieux Persan explore avec stupeur et bonne humeur certains us et coutumes

28 avril 2022

Ce jour-là, Uzbek fut bouleversé et révolté par le monstrueux aveu de Daniel Cordier. Celui qui fut le secrétaire du résistant Jean Moulin narre dans un récit autobiographique troublant combien son adolescence fut contrecarrée par un Dieu cruel car contempteur du corps. Le 1er juin 1936, ayant fui l'appel de la chair dans les douches de l'internat, il écrit : « Il était trop tard pour assouvir ma longue espérance : j’appartenais au Christ et à lui seul. À l'égard de Dieu, j'étais en règle car je lui avais tout sacrifié. Sa loi implacable avait brisé mon cœur. J’avais obéi à sa loi, tout autant par crainte de l’Enfer que pour ne pas déchoir à mes propres yeux. Certes, j'étais intact mais désespéré. Je n'étais plus qu'un cadavre de pureté. » Par excès de vertu, Daniel venait de perdre son David adoré. Et Uzbek amer songea aux amours clandestines qu'il avait lui aussi dû piétiner autrefois pour complaire à une pseudo divinité sadique et castratrice.

___

Daniel Cordier, Les feux de Saint-Elme, folio poche, 2016.