Le journal d’Uzbek

Un vieux Persan découvre avec stupeur et bonne humeur certains us et coutumes

21 avril 2022 Ce jour-là, Uzbek abandonna son site de rencontres. Depuis 2 ans, quêteur de l’âme sœur dans un corps frère. Depuis 2 ans, contournant sur Messenger les deux mots magiques qui le terrorisent. Et voici qu’aujourd’hui un premier clic efface le mirage quand un second élit le vainqueur. En lisant une dernière fois son annonce avant de l’effacer – texte cent fois remanié et ciselé – notre Persan fut impressionné de sa naïve détermination. « Étreindre un homme, mon besoin vital. Assidument. Passionnément. Comme mon portable préhistorique qui a besoin d’être souvent rechargé. Car je me sens frais, battant, plein d’appétit et de fantaisie. Mes 75 ans, je m’en fiche ! J’ai l’âge de ma libido, pas de mes artères. Je cherche donc un partenaire régulier qui sera en quelque sorte mon “allié-santé”. Mes préférences vont… etc. » C’était hier, le temps du nomadisme sexuel. Le temps aussi du déni affectif. Et Uzbek, pour la première fois, sur le papier vergé, osa calligraphier l'en-tête : Mon chéri…