Écrit à la première personne durant une sorte de « nuit de feu », ce récit de Michel Bellin surprendra plus d’un lecteur. En ranimant la foi de son enfance grâce à une tchatche étourdissante, l’auteur de « J. l’Apostat » s’émerveille de célébrer à nouveau l’enfance de la Foi. IESCHOUA MON AMOUR : un récit évangélique contemporain (uniquement en version numérisée sur YouScribe. Pas besoin de kindle : seulement son ordi.)


Dessin_Romain.jpg

Loïc mesure près de deux mètres mais il est beaucoup moins grand dans sa tête au dire de ses formateurs. Après une jeunesse défavorisée, il rêve de devenir prêtre. « Curé racaille dans le neuf-trois, ça le fait ! » s’enflamme-t-il. Pas si simple. Malgré une foi aussi fervente que naïve, il est sans cesse recalé pour l’accession aux Ordres Sacrés. Rebuté par les études théologiques, soupçonné de penchants désordonnés, déstabilisé par un prêtre psy aux méthodes thérapeutiques très particulières, Loïc dépérit dans son séminaire parisien. Le garçon décide alors pour survivre d’appliquer son plan B : faire raconter sa vie par un écrivain privé, un sexagénaire marginal qui a été prêtre autrefois. Une lumineuse amitié les lie peu à peu tandis qu’ils partagent des goûts communs pour la gastronomie, la musique, le cinéma… et une passion intacte pour le mystérieux et toujours fascinant Ieschoua. Mais voilà qu’approche la terrible Semaine Sainte, qui fut fatale à leur héros…

« Dense, pertinent, profond et décapant. L’écriture est toujours aussi belle et intérieure d’autant que l’histoire se lit comme un roman. »

(Christian T., éditeur à Villeurbanne)

« Les personnages sont si touchants, si vrais, si forts (…) J’ajoute que pour moi qui suis agnostique, j’ai été bouleversé par une telle ferveur. Sublime ! »

(Romain B., étudiant à Angers)

« Fraîcheur, candeur, lucidité aussi paradoxalement… Il y a dans le personnage de ce Loïc quelque chose de 'L’Idiot' dostoïevskien. »

(Dominique V., ingénieur culturel à Paris)

« J’aime cette idée de Loïc et de son écrivain privé, du double en deux générations. Le style réactif avec ses jeux de mot et ses lapsus m’a fait beaucoup rire !!! »

(Danièle M., retraitée à Seynod)

« Un appel à se libérer des entraves, surtout du carcan catholique romain. J’ai apprécié votre refus de l’esclavage. »

(Michel M., jardinier à Sherbrooke)

Pour lire quelques extraits significatifs, cliquer sur le LIEN :

http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/ieschoua-mon-amour-2400348